«Je pensais sincèrement que Mia était en danger » : l’un des cinq suspects raconte l’enlèvement de la fillette

«JE PENSAIS SINCÈREMENT QUE MIA ÉTAIT EN DANGER » : L'UN DES CINQ SUSPECTS RACONTE L'ENLÈVEMENT DE LA FILETTE

Jean-Luc W., 60 ans, le conducteur du véhicule qui a permis l’enlèvement de la petite Mia, est le seul des cinq suspects à avoir été laissé libre. « On m’a dit qu’il fallait sauver une enfant à qui on empêchait de voir sa mère. C’est comme ça que je me suis embarqué dans cette affaire », regrette le sexagénaire.

D’après son récit, le groupe se serait constitué en début d’année, en marge « d’une manifestation contre le port du masque ». « Quelques semaines plus tard, des réunions clandestines sont organisées dans une cave de l’un des suspects. »

C’est au cours de ces discussions qu’est finalement mise sur la table « l’opération Lima ». On ne m’a pas donné de détails, les membres m’ont rassuré en me disant que je n’aurais rien à faire, juste conduire le véhicule de Paris jusque dans les Vosges ». « Je trouvais seulement inadmissible que le droit de visite de la mère n’était pas respecté »

Anciennement directeur d’une chocolaterie, Jean Luc est en arrêt maladie depuis 20 ans. Il bénéficie d’une allocation d’adulte handicapé et a fait des séjours en psychiatrie. « Mon client est extrêmement fragile, il est très influençable et a été manipulé », affirme son avocat.

Source : Le Parisien, 20 Minutes